Séries

Poppy a vu : Las Chicas del Cable

LCDC

Article originellement publié en collaboration avec Gonewithhurricane

Date de sortie : 2017

Durée : 50-60min par épisode

Distribution :

  • Blanca Suárez : Alba Romero Méndez / Lidia Aguilar Dávila
  • Yon González : Francisco Gómez
  • Ana Fernández : Carlota Rodríguez de Senillosa
  • Maggie Civantos : Ángeles Vidal
  • Nadia de Santiago : María « Marga » Suárez
  • Martiño Rivas : Carlos Cifuentes
  • Ana María Polvorosa : Sara Millán

Résumé : Dans les années 1930 à Madrid, des jeunes femmes veulent se faire employer par la Société Téléphonique, en tant que standardistes, appelées aussi « telefonistas », chacune pour une raison bien différente. Lidia Aguilar, également connue sous le nom d’Alba Romero, doit y voler de l’argent pour le compte d’un inspecteur de police ripou, afin de régler une dette. Carlota, elle, cherche son indépendance en tant que femme, pour échapper à un père trop autoritaire. Enfin, Marga vient de la province et désire plus que tout trouver un emploi, pour réaliser son rêve de devenir standardiste. Toutes les trois vont être épaulées par Angeles et Sara. Angeles est une mère aimante, soumise à un mari violent dont nous allons découvrir en plus l’infidélité.

Ces femmes vont travailler ensemble, lier une amitié forte et puissante, se soutenant sans cesse dans les épreuves qu’elles vont affronter.

La compagnie où elles travaillent, la Société Téléphonique de Madrid, est gérée par la famille Cifuentes. Carlos, le fils, s’entend mal avec son père et cherche sans cesse à le défier. A l’inverse, Francisco, son beau-frère, époux de sa sœur Elisa, a toutes les faveurs du patriarche et est pressenti pour hériter de l’entreprise familiale. Toute cette histoire se complique lorsque nous apprenons que Francisco est le premier amour de Lidia/Alba, et qu’ils étaient venus à Madrid ensemble, dix ans auparavant, dans l’espoir d’y avoir une vie paisible et heureuse.

Mon avis : J’ai ajouté cette série à ma watchlist un peu par hasard. Le pitch de trois lignes proposé m’intéressait, aussi me suis-je dit : « pourquoi pas ? ». Il faut savoir que j’ai été passablement déçue par un grand nombre de séries Netflix que j’ai testé. Les Marvel (DaredevilJessica Jones et Luke Cage) m’ont ennuyée ; Orange is the new black n’a pas su m’intéresser ; Santa Clarita Diet est sympa, mais sans plus ; 13 Reasons Why était décevante (énormément de frustration pour ma part, mais c’est un autre débat). Je ne continuerais pas la liste au risque d’en avoir pour longtemps.

Par conséquent, je n’en attendais pas beaucoup, surtout d’une série ayant des épisodes plutôt longs. Chez Netflix en général, quand on dépasse les trente minutes, je trouve que cela traîne en longueur.

Vous l’aurez compris avec ce laïus, je partais avec beaucoup d’à-priori. Je vais donc vous l’avouer clairement : je me suis laissée prendre au jeu. Le premier épisode m’a intriguée, les suivants m’ont captivée. De mémoire, je crois que j’ai rarement ressenti autant de choses pour une série. Les thèmes traités m’ont énormément touchée. Le premier, et le plus évident, est la situation des femmes dans la société madrilène de 1929. Comment deviennent-elles indépendantes ? Comment est considéré le fait qu’elles travaillent ? Quelle est leur place dans la société de l’époque ? Quels sont leurs droits ?

Mon engagement dans la cause féministe y est peut-être pour beaucoup, mais si certaines scènes m’ont révoltée, d’autres m’ont brisé le cœur. Cette série permet à la fois d’observer les changements de mentalité entre les années 30 et 2017, mais cependant, une partie des faits sont encore d’actualité de nos jours.

Petit bémol, je pense que plusieurs épisodes, un trigger warning au début aurait pu être utile. Je savais que certaines choses allaient arriver du fait de enchaînement logique de l’histoire, mais des personnes plus sensibles, avec un passé différent, auraient pu réagir différemment.

J’ai été curieuse d’en savoir plus sur le passé commun de Lidia et Francisco, eu envie de serrer fort dans mes bras Angeles et de lui dire que tout irait bien, que j’allais la protéger, de pousser Marga à s’amuser et profiter de la vie de la capitale, de me battre aux côtés de Carlota et Sara pour les droits des femmes, pour notre émancipation, droit de vote et liberté.

J’ai été heureuse de certaines décisions ; ai pleuré devant d’autres situations, de manière incontrôlée. J’ai réellement été touchée au plus profond de moi : même après avoir terminé la série, j’ai encore énormément de mal à poser des mots sur mes émotions et mon ressenti. J’ai envie de partager mon amour pour cette dernière, de pousser les gens à la regarder.

J’ai trouvé les épisodes très bien menés, avec un rythme adapté aux situations développées. Je n’ai pas les connaissances et compétences nécessaires pour porter un jugement concret et construit dessus, mais les images sont sublimes de même que la réalisation. Les costumes inspirés de l’époque sont superbes, tout comme les coiffures des dames.

J’ai vu quelques fois des critiques concernant le choix de la musique, considérée comme trop « d’actualité » au regard de l’époque. C’est un fait, la BO n’est pas toujours adaptée aux années 30. Mais je suis persuadée que le choix de musique plus moderne permet d’appuyer la puissance de certaines scènes, d’une manière que la musique contemporaine n’aurait pas pu.

Pour m’imprégner de l’ambiance, j’ai décidé de le regarder en VO (c’est-à-dire en espagnol), mais la VF et la VEN ne m’ont l’air pas trop horribles, d’après les trailers que j’ai pu visionner.

Concernant l’histoire, je n’ai rien à reprocher au fil conducteur et aux rebondissements, si ce n’est le cliffhanger du dernier épisode. Une deuxième partie de la première saison serait prévue pour octobre 2017, autant vous dire que j’en trépigne d’impatience ! Si je dois attendre jusqu’en avril 2018 pour avoir la suite et donc la saison 2, je serais désespérée.

Pour conclure cette critique plus longue que ce que j’aurais cru, je n’ai qu’une seule chose à dire : foncez. Regardez-la. Tentez au moins les deux premiers épisodes pour avoir un cadre concret. Les informations que j’ai pu vous donner sont volontairement vagues. Il est extrêmement difficile d’être plus précise sans spoiler ce qui va suivre.

Particulièrement, si le combat pour les droits des femmes et la lutte féministe vous touche, je pense que cette série est faite pour vous, que vous aurez une lecture différente d’une personne non concernée.

Edit de l’article orignal : LA SAISON 2 EST EXTRAORDINAIRE DONNEZ MOI LA SAISON 3 !

2 commentaires sur “Poppy a vu : Las Chicas del Cable

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s