Les tests de Poppy

Adopter un chat en refuge

Bonjour à tous,

Article un peu spécial aujourd’hui, puisque j’ai décidé de vous parler de l’adoption d’un chat en refuge. J’ai adopté mon chat il y a un peu plus d’un an et je me suis dit qu’une petite rétrospective des questions que l’on se pose lors de ce moment crucial pourrait en intéresser quelques uns. C’est parti !

whatsapp image 2019-01-30 at 14.09.31 (8)
Le chat en question

Où adopter ?

SPA, dons, leboncoin, refuges indépendants, le choix est vague. Personnellement, j’ai fais le choix d’adopter en refuge/SPA pour un premier chat et non pas de passer par des indépendants via des sites ou des petites annonces. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela me rassurait. J’avais une assurance concernant les informations que l’on me donnerait sur le chat, sa santé, son caractère etc. Il n’est également pas rare de voir des gens donner des chatons de quelques semaines alors qu’il leur faut au minimum 2 mois pour être sevré de leur mère, ce qui peut compliquer leur croissance et épanouissement.

J’ai écumé les sites de refuge, les sites de SPA avant d’aller en physique rencontrer les chats. Cela m’a également permis de faire un « tri » des refuges auprès desquels je voulais adopter. Par exemple, il y en avait un qui vous imposait d’acheter tout le matériel nécessaire, dont un arbre à chat de plus de 2m, avant de venir vérifier chez vous que tout était en place, pour vous permettre d’adopter. J’ai trouvé cela hallucinant (d’autant plus que mon chat n’en a absolument rien à faire des arbres à chat). A vous de trouver les critères qui vous conviennent.

J’ai commencé par une visite à la SPA dont je suis sortie un peu déçue. Nous ne pouvions voir les chats qu’à travers leur cage, impossibilité de les laisser nous sentir, obligation d’avoir tous les membres de la famille présent pour adopter un chat afin qu’ils étudient la réaction du chat face à chacun (alors qu’un chat peut être craintif en refuge vis à vis de quelqu’un et totalement s’épanouir dans son foyer…). Je vous avoue qu’avoir fait près de 3h de route pour cela m’a un peu découragée de la SPA.

Je me suis ensuite tournée vers Le regroupement des chats perdus près de chez moi, où j’ai eu un très bon feeling avec des bénévoles attentifs non seulement à votre caractère, mais également de très bons conseils pour le chat qui pourrait vous convenir et très patients (je suis arrivée à 10h à l’ouverture, partie passée 12h30).

Quels sont les frais d’adoption ?

Chaque refuge a ses spécificités. Le RCP où j’ai adopté, vous explique qu’une somme de 180€ permet de couvrir les frais vétérinaires et la nourriture mais le don est libre (dans la limite du raisonnable entendons nous bien). Vous avez également la possibilité d’acheter sur place le nécessaire à la venue de votre chat.

Et les frais vétérinaires ?

Les refuges prennent très souvent en charge l’identification et la stérilisation des animaux ainsi que leur vaccination initiale et les tests FIV/FELV. Dans mon cas, je n’avais qu’un bon à donner au vétérinaire rattaché au refuge pour faire le rappel de mon chat. A savoir qu’un rappel de vaccin coûte en moyenne entre 50 et 80€, une stérilisation entre 100 et 150€ selon le sexe de votre chat, les analyses sanguines à partir d’environ 100€ etc. C’est un véritable budget qu’il faut prendre en considération avant d’adopter.

Dans le cas de mon chat, un détartrage des dents sous anesthésie générale a été fortement recommandé pour le soulager de quelques désagréments. Avec le bilan sanguin pré-anesthésique et les médicaments pour éviter les abcès, la facture est vite montée à près de 250€. Ce ne sont pas des dépenses que vous aurez régulièrement mais il faut penser au fait qu’il faudra être capable de les assumer si besoin.

Comment choisir son vétérinaire ?

Comme pour votre propre médecin, au feeling. J’ai fait ma première consultation chez la vétérinaire qui travaille avec le refuge et je ne l’ai pas quittée, malgré le fait qu’il y ait une vingtaine de minutes de route pour aller la voir, ce qui n’est pas forcément au goût de mon fauve.

Vous devez avoir un bon relationnel avec lui/elle et vous sentir à l’aise. Je suis restée chez celle-ci car elle est de bon conseil et ne vous juge pas. Par exemple, à ma première consultation, je ne savais pas encore bien manipuler mon chat pour le mettre dans sa caisse de transport et elle m’a apporté des conseils et rassurée.

whatsapp image 2019-01-30 at 14.09.32 (5)
« Tu crois quand même pas que tu vas m’avoir à la friandise pour aller chez le vétérinaire ! »

Adopter un chaton ou un chat adulte ?

Deux écoles. Ceux qui préfèrent adopter un chaton pour le voir grandir et s’habituer à votre foyer, ce qui peut parfois demander un peu d’expérience, et ceux qui, comme moi, se dirigent vers un chat adulte. Pourquoi cela ? Tout simplement parce qu’un chat adulte ne changera pas énormément de caractère et donc, les bénévoles pourront vous renseigner sur ses besoins, ses attentes et sa façon d’être. Il n’y a pas le facteur tout mignon du chaton foufou mais ils ont également leur dose d’amour à donner.

Hyoga est arrivé au refuge début janvier 2018, après avoir passé près de 6 mois dehors, quand ses anciens propriétaires l’ont abandonné au moment de déménager. Un voisin l’a nourri pendant ces 6 mois avant de décider de le confier au refuge pour qu’il trouve une famille. Lorsque je l’ai rencontré, il était encore en quarantaine et n’avait même pas encore vu le vétérinaire. J’ai longuement hésité avec une chatte plus jeune mais c’est lui qui a finalement ravi mon cœur. Il n’était pas forcément le plus beau, avec son poil pas très reluisant et ses yeux qui coulaient, mais je me suis dit que la petite chatte toute mignonne trouverait plus facilement une famille que lui. C’était un gros pépère qui se laissait déjà un peu manipuler par les bénévoles et qui s’est laissé caresser dès le début. C’est ainsi que j’ai décidé de l’adopter, pour lui donner une deuxième chance et un foyer aimant.

Comment s’est passée l’arrivée à la maison ?

J’appréhendais un peu les premiers jours. Ma copine Melvina m’avait conseillé de ne le mettre que dans une pièce pour commencer afin qu’il s’habitue à son nouvel environnement avant de découvrir le reste de la maison. La cage à peine posée dans le hall d’entrée, Monsieur était déjà en train de se manifester pour sortir. Je lui ai donc ouvert la cage et il est sorti comme si il avait déjà connaissance des lieux, avant de se diriger vers l’escalier où il a fait sa commère une partie de la soirée. Le soir, il a vite trouvé place au pied de mon lit pour se transformer en bouillotte.

whatsapp image 2019-01-30 at 14.09.32
Le chat détendu

 

Comment préparer son arrivée ?

Je n’avais acheté d’avance que la litière et la caisse de transport (et heureusement parce que vu la taille du fauve, celles vendues au refuge auraient été trop petites). J’ai acheté le reste au refuge pour soutenir leur action. Pareil pour la nourriture pour ne pas lui changer ses habitudes alimentaires trop vite.

Il faut également anticiper votre organisation chez vous : où sera la litière ? Où mangera-t-il ? Des petits détails qui font toute la différence pour ne pas vous trouver désabusés au moment de son arrivée.

Quelle alimentation et où l’acheter ?

J’ai commencé par la même nourriture qu’en refuge pour la pâtée et pour les croquettes. Je suis ensuite passée à de la pâtée Applaws et des croquettes Purizon, conseillées par le refuge, en quantité limitée car mon gros chat est… Gros (Plus de 7kg). Lors de sa prise de sang pré-anesthésique, nous nous sommes rendues compte qu’il avait un peu de cholestérol qui pouvait lui causer des maladies et monsieur est donc passé à la nourriture vétérinaire pour la pâtée et les croquettes. Pour éviter le coût faramineux de la nourriture véto achetée directement chez le véto, ou même pour économiser quelques euros, des sites comme Zooplus et Bitiba permettent de bénéficier de quelques réductions par rapport au prix en jardinerie ou chez le vétérinaire.

Vous pouvez également compléter les gamelles avec des haricots verts ou des courgettes cuites, qui permettent d’aider votre chat à se caler et à ne pas se jeter comme un affamé sur sa nourriture (je cherche encore la quantité adaptée pour le mien vu comme il raffole des courgettes !)

A éviter au maximum, la nourriture premier prix ou de grande surface, souvent bourrée d’additifs nocifs pour nos amis poilus.

whatsapp image 2019-01-30 at 14.09.31 (7)
« Gimme food human »

 

Appartement ou maison ?

Cela dépendra des chats. Certains pourront très bien vivre dans un appartement sans sortir avec de l’occupation et de la stimulation régulière, d’autres auront des envies irrépressibles de sortir.

Dans les premiers temps, Hyoga n’est pas sorti. Ma propriétaire avait une chatte assez violente et les voisins un chat malade. Lorsque j’ai réintégré le domicile familial, il a commencé à vouloir sortir. La transition s’est faite petit à petit pendant l’été. Il est parti vadrouiller un peu chez les voisins dans les premiers temps mais maintenant reste dans la propriété et a compris qu’il ne fallait même pas monter sur la barrière direction la route sous peine de grosse colère de maman humaine. Globalement, il ne réclame pour sortir que pour faire ses besoins, probablement plus confortable pour lui que sa litière, mais si il pleut trop ou fait un peu trop froid, il ne vadrouille pas et reste assis sur la terrasse (ou sous la table pour que le chien le laisse tranquille).

Je pense que si je retourne en appartement, il aura des difficultés à rester enfermé dans un premier temps mais finirait par s’y habituer, à condition de pouvoir sortir sur un balcon ou une terrasse en toute sécurité.

Adopter en refuge pourra vous permettre de savoir si votre futur chat réclame de l’extérieur ou si au contraire, le confort des fauteuils et des canapés lui suffit pour vivre sa meilleure vie. Au tout début, comme il avait vécu longtemps dehors, il était indiqué comme « chat d’extérieur », mais il a pu vivre 6 mois en appartement sans sortir et en ne réclamant que sur la fin avec la venue des beaux jours. Vous pouvez également investir dans un harnais pour les premières sorties, ce qui vous rassure et vous permet de limiter un peu le périmètre pour une première découverte. (Sauf si votre chat décide de faire comme le mien et d’aller coincer son harnais dans des buissons avant de s’en défaire et de partir en vadrouille pendant 3h).

Quels sont les risques ?

Adopter un chat n’est pas un acte anodin. Il faut se préparer à certains risques et possibilités de bêtises. Un chat a des griffes et sait s’en servir. Il pourra griffer vos meubles ou murs. Pour cela, mettez lui un ou plusieurs griffoirs à disposition afin qu’il puisse assouvir ses besoins naturels sans ruiner votre ménager. Je n’ai eu aucun problème à ce niveau. Par contre, un chat énervé parce que vous l’embêtez ou parce que sans faire exprès vous lui marchez sur la queue, pourra sortir les griffes pour vous faire comprendre qu’il veut être tranquille (ceci est du vécu).

Autre risque : les poils. Un chat est un animal poilu et il perd ses poils, ce qui peut être un facteur d’agacement ou d’énervement pour certaines personnes. Même si vous le brossez régulièrement, il déposera ses poils sur les tissus (canapé, plaid, lit, vêtements) et vous pourrez passer un temps fou à les enlever (ou alors ne rien avoir à en faire et les laisser comme moi haha).

Un autre point, parfois moins connu, est le marquage. Certains chats stressés ou dans un environnement qu’ils ne connaissent pas, peuvent marquer leur territoire, c’est à dire pisser un peu partout. Concrètement, ça pue, ça peut vous ruiner un tissu et vous ne pouvez rien y faire, si ce n’est diffuser des hormones, consulter votre vétérinaire ou vous armer de patience. (Pro tip : Si votre chat pisse sur un tissu, aspergez le de vinaigre blanc à peu près toutes les 2/3h pendant un à deux jours (le tissu pas le chat), avant de finir avec du Febreeze spécial tissus. Technique testée et approuvée quand Hyoga a décidé de marquer le coussin du chien pendant qu’il était absent. Seule épopée pipi à noter ici)

Et le dernier point, le pire dans notre société actuelle : leur passion pour… LES ORDINATEURS. Oui, les chats adorent ça et peuvent passer des heures à s’y frotter, tenter de mordre votre câble de chargement ou marcher s’allonger sur votre ordinateur. Ou alors, comme Hyoga, ils peuvent retourner votre écran à 180°, passer votre clavier en Qwerty et désactiver votre touch pad. C’est sympa aussi. (Par contre mon PC pro, il s’en moque royalement)

 Comment faire pour qu’il supporte d’autres animaux ?

Lors de l’adoption d’un chaton étant passé en famille d’accueil, vous pouvez avoir la chance de tomber sur un chaton ayant été sociabilisé avec d’autres chats, chiens, lapins, enfants etc…

D’autres chats en refuge, en connaissant leur histoire, vous saurez si ils ont déjà vécu avec d’autres animaux et si ils les tolèrent. Dans la plupart des cas, vous aurez la surprise. Ma soeur a adopté un chien peu de temps après moi. Dans les premiers temps, ils ne se croisaient que le week end et mon chat ne supportait pas le chiot tout fou qui ne cherchait qu’à jouer, il crachait et mettait des coups de pattes. Avec le temps et la cohabitation à temps complet, ils ont fini par se tolérer. Le fait de ne donner accès à l’étage qu’au chat joue aussi (rien que pour la nourriture et empêcher le chien de tout engloutir)

Qu’est ce qui a changé dans ta vie ?

Tout. J’attends le soir avec impatience pour rentrer lui faire des câlins. Quand mon réveil sonne le matin, il s’allonge sur moi pour que je ne me lève pas. Quand je rentre de déplacement, il me faut la tronche. Quand la nourriture n’arrive pas assez vite, monsieur chante (si c’est le soir ou la pâtée du matin), ou mordille (si c’est la nuit et qu’il a une fringale).

Comme une femme venant d’avoir son premier enfant, mes nuits sont beaucoup plus courtes car il réclame sa nourriture tous les matins à heures plus ou moins fixes.

Mais c’est de l’amour, énormément d’amour. Il se frotte tous les jours à mes jambes comme pour marquer son territoire (et laisser suffisamment de poils sur mon pantalon pour que je ne l’oublie pas dans la journée), vient chercher des câlins la nuit, ronronne quand il est avec moi (mais pas avec les autres haha).

Après, c’est vraiment une décision qui se doit d’être réfléchie. Depuis mes études supérieures je réfléchissais pour adopter un chat mais ma situation n’était pas assez stable, pour cela, j’ai attendu d’être en CDD et à peine plus stable (et d’avoir l’accord de mes parents si jamais je devais revenir vivre chez eux avec lui haha).

Pour finir, encore quelques photos de ce chat d’amour qui partage ma vie depuis plus d’un an :

 

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire de cet article, j’y répondrais avec plaisir !

Si vous avez adopté en refuge, n’hésitez pas à partager votre expérience ci-dessous.

Et n’oubliez pas : Adopt, don’t shop !

Love,

Poppy

6 commentaires sur “Adopter un chat en refuge

  1. Très bonne idée que partager ton expérience !
    J’ai également adopté un chat dans un refuge, et je me suis posé plus ou moins les mêmes questions que toi 🙂
    Il y a tant d’adorables boules de poils qui n’attendent qu’à trouver un foyer chaleureux… Le travail des associations est, à ce titre, aussi beau qu’indispensable.

    J'aime

  2. Trop beau ton chat 🙂 Personnellement je ne suis jamais allée en refuge/spa/etc. pour adopter un chat car presque tout ceux qu’on a eu été des chatons trouvés dans la rue et qu’on a accueilli chez nous. Il n’y a en que 2 qu’on a adopté après sevrage car des amis/connaissances avaient une minette qui avait eu des petits. Donc jusqu’à maintenant ce sont toujours eux qui nous ont trouvés et pas l’inverse^^ Mais si jamais un jour je prends l’initiative, c’est évident que je ne l’achèterai pas! Il y en a plein en refuges qui n’attendent que ça alors autant essayer d’en rendre au moins un heureux (même si le choix serait très difficile, j’aurais envie de leur offrir à tous un foyer…)

    J'aime

  3. Article très adorable ! Par contre deux mois cela reste un peu trop tôt pour adopter un chaton. Il vaut mieux attendre trois mois, voir quatre mois pour que le chaton soit vraiment sevré socialement ! J’ai adopté deux chats ainsi, ma plus grande Khaleesi je l’ai trouvé dans la rue en face de chez moi. Une petite boule de poile qu’on entendait dans toute la rue (elle a gardé son caractère de chanteuse d’opéra…) avec les yeux collés par des croûtes et pas du tout en forme. Finalement avec de bons soins elle a grandit et m’a suivit d’une maison avec jardin à mon appartement. Même si sortir lui manque, elle s’est fait de vivre en appartement.

    J’ai adopté Monsieur Darcy il y a quelques mois, j’avais juste deux conditions : un mâle et qu’il soit plus jeune que Khaleesi. Je suis passée par une association aussi, à la SPA cela s’est très mal passé. Les chats venaient vers moi pour mieux me griffer, quand j’ai réussi à créer un lien avec une chatte, on me dit finalement qu’elle ne supporte pas les autres chats au moment où je remplis les papiers ou encore on finit par me refuser l’adoption d’un chat alors que je venais de faire plusieurs heures de route et que la veille on m’a dit OK –‘ Heureusement je suis tombée sur un couple qui travaille avec une association. Le couple était moins stricte que l’association n’empêche, j’ai eu beaucoup de chance x) Mais je n’ai pas vraiment choisit, Monsieur Darcy est venu vers moi de lui-même alors que d’habitude il fuyait les gens ! :3

    Depuis c’est l’amour fou entre nous trois, d’ailleurs au moment où j’écris ce commentaire je suis entourée par mes deux chats xD

    J'aime

  4. Super idée de parler de ce sujet.
    Pour ma part, j’ai adopté avec ma femme un gros matou qui n’avait quasiment aucune chance de trouver un foyer : 4 ans de quarantaine dans un refuge car Calicivirus déclaré, donc traitement cher à vie, un oeil abîmé, plus de dents (à cause des gingivites liées à sa maladie), bassin qui a été fracturé lorsqu’il vivait dans la rue, et obèse…
    Notre pauvre Gaspard les cumulait et c’est ce qui nous a fait craquer. Au départ on était seulement famille d’accueil, et le jour où quelqu’un a été intéressé, on a vraiment eu peur qu’il nous quitte donc nous l’avons adopté. Et il nous rend super heureux tous les jours, tout comme notre Gary (un petit chien) adopté avant lui dans le même refuge !

    J'aime

Répondre à Les livres de Poppy Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s