Mangas

Celle que je suis T.1 à T.2

celle-que-je-suis-1-akata

Celle que je suis

Koko Suwaru et Bingo Morihashi

Série complète en 2 tomes

Editions Akata

Résumé : Années quatre-vingt, Tokyo. Yûji Manase est étudiant. Mais il vit au quotidien avec deux secrets dont il n’a jamais parlé à personne : d’une part, les sentiments qu’il éprouve pour son ami de longue date Masaki Matsunaga, et de l’autre, le malaise qu’il ressent vis-à-vis de son corps. Un jour, Yûji pose la main sur une robe que sa sœur a laissée dans son appartement, sans savoir que cet acte allait bouleverser sa vie…

L’avis du libraire : « Celle que je suis » est l’oeuvre de Suwaru Koko, dessinatrice (notamment de Boy’s Love), et de Bingo Morihashi, romancier et scénariste de mangas et de jeux vidéos ; c’est une série en deux tomes dont le titre et la couverture sont déjà, en soi, une promesse d’émotions. Lorsqu’il s’agit des éditions Akata et des sujets de société, on sait presque immédiatement que le propos sera intense, sincère et puissant. On le sent d’ailleurs dès les premières pages, dès les premières cases, nous ne ressortirons pas indemnes de notre lecture… « Celle que je suis » est l’histoire de Yûji Manase, jeune étudiant et fervent participant d’un club de littérature et d’écriture. Peut-être par passion, peut-être parce que le regard de cet ami de longue date ne le laisse pas indifférent…

Mais la découverte et l’acceptation de l’homosexualité ne sont pas au centre du récit – elles sont présentes, bien évidemment – mais « Celle que je suis » est avant tout une histoire d’identité ; dans cette construction fragile de celui ou celle que l’on sera, la société impose ses diktats, ses schémas identitaires prédéfinis, laissant finalement très peu de marge pour ceux qui ne savent pas, piégés dans l’entre-deux, le cœur perdu entre deux mondes. C’est cette souffrance et cette excitation toutes particulières de la transidentité que décrit « Celle que je suis », sans brutalité ni heurts : le corps et le cœur qui s’enflamment au contact du tissu de la robe qu’on rêvait de porter, du rouge à lèvres qu’on mourrait d’appliquer, et de l’autre coté, cette culpabilité qui nous ronge de l’intérieur, cette peur d’être découvert, cette robe qui se déchire, ce vernis qui s’écaille. « Celle que je suis » est une oeuvre de subtilité, elle tend à une émotion subliminale, sans tendance à la métaphore comme pouvait le faire « Eclat(s) d’Âme »et sans la psycho-éducativité du « Mari de mon frère ». L’erreur serait de comparer ; car sa force intime, son inaltérable qualité : c’est sa délicatesse ; son infinie délicatesse, de son trait comme de son propos. Une merveille de sensibilité.

Mon avis : Histoire très, presque trop courte, Celle que je suis est un véritable parcours sur l’acceptation par notre protagoniste de sa transidentité. Ses relations avec le monde extérieur sont présentées sous différentes formes et à différents niveaux, positifs, négatifs, proches ou moins proches.

J’aurai aimé en « voir » plus, que le sujet soit traité de manière plus approfondie. Je pense que le format manga permet de communiquer sur des thèmes de société pas forcément évidents, à travers une histoire, que chacun est libre de consulter ou non. C’est un bon moyen d’éducation sur des thèmes qui ne sont pas forcément traités ou diffusés à tous.

Bingo Morihashi nous offre dans Ce qu’il n’est pas un nouveau traitement de la transidentité. Il s’agit d’un roman en 6 tomes, édité également chez Akata, dans la même lignée que le manga présenté dans cet article. Je me suis procuré le tome 1, avec l’espoir de retrouver la sensibilité et la subtilité présentent dans le manga.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, même si je n’aurai pas rechigné sur un troisième tome, pour prendre plus le temps de développer les personnages, aller plus loin dans l’histoire et dans le traitement de certains sujets. On a le temps de s’attacher à eux, mais on les laisse partir beaucoup trop vite, les pages défilant sous nos doigts sans compter. Le style est agréable et la lecture facile.

Et vous ? L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Love,

Poppy

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s